Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne

 
Accueil du site >  Rencontres >  Des échos de différentes régions de France et d’Europe
Type Article :
Abraham - Ibrahim

Sur le Web

Service National des Relation avec les Musulmans
El Kalima
St Philip’s Centre
Christian Muslim Forum
Le Christian Muslim Forum a pour vocation de construire et partager des relations entre chrétiens et musulmans en Angleterre et au-delà.
 
SERIC

Vous êtes chrétien ou musulman et vous avez fait l’expérience de la rencontre de l’autre différent par sa foi et ses pratiques religieuses en échangeant avec lui sur votre manière de vivre et d’exprimer votre foi dans le contexte culturel, religieux, social et politique de notre temps, ou en étant impliqué avec lui dans la vie de quartier, dans le monde du travail, dans l’action culturelle, dans l’action sociale ou politique,

Vous êtes chrétien ou musulman et vous pensez que bon nombre de chrétiens et de musulmans ont de l’autre ou de sa religion une image faussée par des siècles de déni de l’autre et de sa foi,

Vous êtes chrétien ou musulman et vous estimez qu’il est indispensable que dans notre société, des porteurs d’expressions religieuses et philosophiques différentes apprennent à se découvrir et à échanger sur ce qu’ils vivent pour construire un monde de justice et de paix.

 
Groupe des Foyers Islamo-Chrétien

Afin de mieux vivre leur différences culturelle et religieuse, des couples islamo-chrétiens ont épruvé le besoin de se retrouver. Depuis 1977, ils se réunissent afin de réfléchir à leur engagement de couple, de mettre en commun leur expérience, et approfondir leur foi.

Le groupe de foyers islamo-chrétiens souhaite partager ses préoccupations, ses découvertes, et aider les couples mixtes. Autonomes, nous avons des liens avec toutes personnes et organisation qui désirent promouvoir le dialogue, le respect entre chrétiens et musulmans.

 
La Maison Islamo-Chrétienne
Quand des cultures différentes s’accueillent, le monde change d’aspect. Musulmans et chrétiens créent "la maison de demain" où l’hospitalité n’est pas un vain mot.
 
Groupedes Foyers Islamo-Chrétiens _Bilan rencontre Aiguebelle - 8 juin 2014
mercredi 17 décembre 2014

Aiguebelle - 8 juin 2014

Tous les ans, l’abbaye d’Aiguebelle (Drôme) et le diocèse de Valence organisent une rencontre Islamo-chrétien. Elle se déroule dans le cadre de l’abbaye (maison mère de plusieurs monastères en terre d’Islam dont celui de Tibhérine). Le GFIC s’est inscrit dans le cadre de cette rencontre pour organiser un moment de partage des foyers Islamo-Chrétien de la région.

Nous nous sommes retrouvés le matin de la rencontre autour d’un café pour faire connaissance.

Puis tous ceux qui le souhaitaient (chrétiens comme conjoints musulmans) ont pu assister à l’Eucharistie célébrée dans la chapelle de l’abbaye, sous la protection de la croix de Tibhérine.

Le déjeuner, partagé avec ce que chacun avait apporté, s’est déroulée au milieu des champs de lavandes de l’abbaye.

L’après-midi fut consacrée à la rencontre spirituelle. Les moines nous ont accueillis avec un chant religieux, écrit par Christian de Chergé, prieur de Tibhérine, s’inspirant des 99 noms de Dieu. Avant la conférence, les organisateurs ont proposé au GFIC de prendre quelques minutes pour présenter l’association et les foyers islamo-chrétien.

La conférence Islamo-Chrétienne avait pour thème « Isaac et Ismaël, les deux fils bénis d’Abraham », présenté à deux voix par Abdelsalem SOUIKI, Iman à Aix en Provence et Jean-François BOUR, Prêtre au SRI.

Le résumé de ces rencontres se trouve ci-dessous, proposé par les organisateurs.

Isaac et Ismaël les deux fils bénis d’Abraham : tel était le thème de la 16ème rencontre islamo chrétienne de l’abbaye Notre Dame d’Aiguebelle ce 8 juin dernier, dimanche de Pentecôte.

Alors que le pape François, le patriarche Bartholomé II, les présidents Shimon Perez et Mahmoud Abbas se retrouvaient à Rome à prier pour la paix en Israël/Palestine, nous nous sommes joints à leur prière par le chant de prière des moines ouvrant cette rencontre d’Aiguebelle. Ce geste avait une force particulière dès lors qu’était évoqué ce récit des deux fils bénis d’Abraham, deux frères considérés, à tord ou a raison l’un, Isaac, comme le descendant des juifs, l’autre, Ismaël, comme la souche de l’islam.

Abdessalem Souiki, imam de la mosquée d’Aix en Provence et le Père Jean François Bour (OP) membre du SRI (service des relations avec l’Islam de la Conférence des évêques de France) ont tout simplement développé l’un après l’autre la vision théologique de ce texte dans les traditions musulmane et chrétienne. Cette étape de la vie d’Abraham est bien connue. Confronté à sa foi en une promesse qui au fil du temps peut lui paraître problématique vu l’absence de descendance à son âge avancé, comme à celui de Sarah sa femme. Ils se tournent vers Agar, leur servante, pour que la promesse divine trouve une solution concrète, malgré la stérilité du couple.

Monsieur Abdessalem Souiki, s’est attardé sur le fait que le Coran ne cite pas le nom de celui de l’enfant à sacrifier. Taire le nom du sacrifié c’est une manière de dire que chaque communauté religieuse ne peut instrumentaliser le texte à son profit, bien que pour la grande majorité des exégètes musulmans il ne fait aucun doute que le sacrifié soit Ismaël. Dans le Coran, il n’est cité qu’avec le nom de son père Abraham, quant à Isaac, il est toujours cité avec le nom de son père Abraham, de son fils Jacob et de ses descendants Dieu signifiant ainsi qu’il ne peut renier sa promesse d’accorder une progéniture à Abraham et Sarah. Si le sacrifice de l’enfant né de leur union devait périr, cela anéantirait la promesse divine. Monsieur Souiki insistera sur le fait que Dieu ne peut rester sourd aux prières répétées d’Abraham dont le souci est d’assurer la pérennité de sa propre foi en l’alliance de Dieu avec l’homme. Pour la grande majorité des exégètes musulmans le sacrifice d’Isaac est donc tout simplement impossible. Si bucher il y a, ce n’est que pour bruler toutes nos idolâtries et non un enfant de la promesse. Ce feu est appelé à être une source de paix.

Le Père Jean François BOUR (OP), remarque que la Genèse a été écrit vers la fin de l’exil à Babylone, soit 1300 ans environ après les fait rapportés sur la vie d’Abraham, cela pour nous rappeler que le peuple de Dieu s’était fourvoyé dans sa manière de se comporter avec une royaume à l’image des autres puissances de la terre, l’exil autorisé par Dieu lui a permis de retrouver le sens de l’Alliance : la véritable royauté est bien celle des Béatitudes : bienheureux les pauvres. Il s’agit d’une royauté de service dans l’humilité. En conclusion, Ismaël et Isaac, deux frères certes mais l’aîné, Ismaël, pour les funérailles de leur père Abraham s’effacera devant le fils cadet Isaac. Manifestant ainsi la véritable royauté voulu par Dieu, comme ce fut le cas pour le roi David, le petit dernier qui n’avait même pas été présenté à Elie cherchant l’oint de Dieu.

Nos deux intervenants à travers leur approche exégétique nous ont proposé la richesse de cet évènement, à travers des clés de lecture pour lire le texte coranique et biblique autrement qu’au premier degré, et comprendre comment Dieu intervient à son rythme pour assurer sa promesse et répondre à la prière incessante d’Abraham.

Monseigneur Michel, par sa présence a manifesté l’importance de ce dialogue qui existe depuis fort longtemps dans notre diocèse et de remercier en conclusion la richesse des interventions, et la présence des quelques 200 personnes qui malgré ce week-end prolongé ont pris le temps de partager ce moment de foi et de prière.

La présence de foyers mixtes islamo-chrétiens de Marseille et Lyon renforçait le sens de la prière du début de cette rencontre. L’amour conjugal peut se vivre avec les différences au-delà des religions de chacune et chacun.
André Chouraqui écrivait que l’amandier et le cerisier peuvent vivre et grandir ensemble chacun prenant dans le sol les nutriments qui lui convient pour offrir le fruit qui est le sien. Merci à vous tous foyers mixtes du GFIC (Groupe de foyers islamo chrétiens) pour ce témoignage hors du commun de tolérance et de savoir vivre dans la paix.

Après ce moment très riche et un passage par la boutique pour faire le plein de nourriture plus ou moins spirituelle, nous nous sommes retrouvés entre couples du GFIC pour un temps d’échange. Chacun avait apporté un texte religieux de son choix, et, après sa lecture, exprimait en quelques mots ce qui lui tenait à cœur. Sans concertation, il est apparu aux participants que ces textes évoquaient pratiquement tous la miséricorde. Cette première expérience d’un échange spirituel a motivé les participants pour envisager une rencontre à dominante spirituelle.

Cette journée riche en rencontre et en convivialité a donné envie à chacun de renouveler l’expérience !

A Aiguebelle, l’accueil des trois religions est gravé dans la pierre de l’abbaye.

Au nom des couples organisateurs du GFIC, un grand merci à tous les participants, aux moines de l’abbaye pour leur accueil et à Xavier De BARBEYRAC pour l’organisation de la journée.

Murielle MESBAH, pour le GFIC - 04 42 56 04 77 - murielle.mesbah@wanadoo.fr


Répondre à cet article