Groupe d’Amitié Islamo-Chrétienne

 
Accueil du site >  Témoignages
Lettres :
Lettre 25

Sur le Web

Service National des Relation avec les Musulmans
El Kalima
St Philip’s Centre
Christian Muslim Forum
Le Christian Muslim Forum a pour vocation de construire et partager des relations entre chrétiens et musulmans en Angleterre et au-delà.
 
SERIC

Vous êtes chrétien ou musulman et vous avez fait l’expérience de la rencontre de l’autre différent par sa foi et ses pratiques religieuses en échangeant avec lui sur votre manière de vivre et d’exprimer votre foi dans le contexte culturel, religieux, social et politique de notre temps, ou en étant impliqué avec lui dans la vie de quartier, dans le monde du travail, dans l’action culturelle, dans l’action sociale ou politique,

Vous êtes chrétien ou musulman et vous pensez que bon nombre de chrétiens et de musulmans ont de l’autre ou de sa religion une image faussée par des siècles de déni de l’autre et de sa foi,

Vous êtes chrétien ou musulman et vous estimez qu’il est indispensable que dans notre société, des porteurs d’expressions religieuses et philosophiques différentes apprennent à se découvrir et à échanger sur ce qu’ils vivent pour construire un monde de justice et de paix.

 
Groupe des Foyers Islamo-Chrétien

Afin de mieux vivre leur différences culturelle et religieuse, des couples islamo-chrétiens ont épruvé le besoin de se retrouver. Depuis 1977, ils se réunissent afin de réfléchir à leur engagement de couple, de mettre en commun leur expérience, et approfondir leur foi.

Le groupe de foyers islamo-chrétiens souhaite partager ses préoccupations, ses découvertes, et aider les couples mixtes. Autonomes, nous avons des liens avec toutes personnes et organisation qui désirent promouvoir le dialogue, le respect entre chrétiens et musulmans.

 
La Maison Islamo-Chrétienne
Quand des cultures différentes s’accueillent, le monde change d’aspect. Musulmans et chrétiens créent "la maison de demain" où l’hospitalité n’est pas un vain mot.
 
Les religions et la violence - 1ère partie
jeudi 15 mars 2007

TEMOIGNAGE DE MURIEL ET RAMY ROUABAH

Musulmans et ancrés dans la tradition soufie, cœur de l’islam, nous avons voulu réfléchir avec vous sur le thème de la violence. Ce qui nous apparaît en premier lieu, c’est que la violence est inhérente à l’homme et non à une religion ou courant de pensée. Et si l’islam attire aujourd’hui tous les projecteurs en raison d’un courant violent ultra minoritaire en son sein, il est utile de rappeler que cette violence tue d’abord des musulmans et que les racines de ce mal sont à trouver tant en occident qu’en orient. En préalable rappelons ce verset coranique : « Repousse avec délicatesse ton ennemi et traite-le comme un ami intime ».

Quelle est la première cause de toute violence entre les hommes ?

C’est toujours la prétention et l’orgueil qui font dire à l’individu : moi je suis meilleur que les autres et je possède la Vérité. J’ai un meilleur maître, un meilleur prophète, une meilleure religion. Or le Prophète dit : « il n’y a aucune différence entre un arabe ou un étranger si ce n’est la vertu. Le plus proche de Dieu parmi vous est le plus vertueux ». Car il n’existe qu’un seul meilleur c’est le Divin, ineffable et inconnaissable. Et c’est vers Lui que nous devons nous diriger. Tant que l’on n’aura pas inculqué à nos enfants que la guerre est un fléau, une absurdité et une malédiction pour l’humanité et que le véritable combattant est le soldat qui incarne et qui défend, par le sacrifice de sa vie, les faibles et les opprimés ainsi que les valeurs humaines et universelles de paix et d’entente et tant que l’on n’aura pas compris que la production et la vente d’armes terrifiantes et destructrices est un crime, nous ne pourrons pas dire que notre civilisation est avancée.

Existe-t-il en islam un combat juste ?

Comme ses prédécesseurs, le Prophète Muhammad est passé par plusieurs phases pour accomplir sa mission. Il disait : « L’éducateur doit être patient, indulgent et modeste ; sans passion, le cœur ferme et doux ». Mais quand la corruption de l’âme pervertit le corps social de manière irréparable, l’emploi de la justice par la force peut devenir inévitable. « Le chirurgien n’utilise-il pas le scalpel pour amputer le membre gangrené et sauver la vie ? C’est un remède et non une agression ». Ainsi quand la vie du Prophète et celle de ses compagnons furent menacés, il reçut l’ordre de Dieu de prendre l’épée. Mais une fois les combats terminés, il a affirmé : « Je reviens du petit djihad pour mener le grand djihad ». En vérité, l’homme est un combattant, un combattant contre lui-même pour être en conformité avec la Vérité. Le grand djihad est le combat que chacun doit mener contre son ego, source de toute violence.

L’islam prend l’homme tel qu’il est, dans ses contradictions. Sans prendre parti, on peut donc concevoir qu’un homme ou un Etat défende ses intérêts. Mais sans vouloir moraliser, soyons plus humain et apprenons à mieux nous connaître intérieurement afin de revenir un peu plus vers l’archétype de l’homme universel. Désormais, nos hommes politiques, nos sociologues, nos philosophes doivent s’inspirer de cette dimension humaine dans le vrai sens du terme et mieux la comprendre pour le bien de tous. Nous devons cesser de jeter de l’huile sur le feu. S’il y a des guerres en Afghanistan, en Irak, en Palestine au Darfour ou ailleurs, il nous concerne tous car le malheur des uns ne fait pas le bonheur des autres. Si on ne fait que créer un bonheur ou une paix artificielle qui ne dure qu’un instant, ne soyons pas surpris si tôt ou tard le malheur des uns surgit sur les autres.

Comment lutter contre toutes les formes de violence et en particulier les intégrismes ?

Il est urgent d’adopter un comportement humain, responsable aussi bien avec nous mêmes qu’avec nos enfants, nos voisins et nos ennemis. Le calife Ali, gendre du Prophète disait : « Fréquente ton ami car il te montre tes qualités et fréquente aussi ton ennemi car il te montre tes défauts ». Nous devons essayer d’incarner les valeurs universelles pour les transmettre et les défendre car elles sont très menacées. L’intégrisme n’existe pas seulement dans le monde musulman mais aussi chez tous les autres. Il exprime la peur, l’ignorance et la perte du sens. En s’isolant, ces intégrismes espèrent pouvoir survivre et se préserver des maux du monde. De nos jours, notre devoir est de répondre humblement aux problèmes de l’humanité. Si j’apporte des réponses du Moyen Age, elles ne seront pas adaptées à notre époque. C’est à nous de trouver ce qui va permettre à l’homme de vivre en harmonie et non en contradiction avec son temps. Ali disait : « le croyant est le fils de son époque. Elevez vos enfants, non en fonction de votre époque, mais en fonction de la leur ». Il est très facile de rejeter la société et de se replier sur soi. A quoi bon s’enfermer dans une idéologie, une philosophie, une religion sectaire qui bloque et qui fige toute forme d’évolution. Selon ce dit du Prophète Muhammad : « la sagesse, c’est ce que tout croyant doit rechercher », et Ali d’affirmer : « Ecoute ce qui a été dit et non celui qui dit ». Celui ou celle qui stagne qui ne suit pas le mouvement de la vie ne trouve jamais de réponse adaptée au présent. Tous les événements actuels, qu’il s’agisse de l’intégrisme, du terrorisme ou du fanatisme, ne sont que la marque du refus, d’un blocage, d’une stagnation des mentalités et de la peur de l’homme devant son avenir incertain. La pollution n’est pas seulement écologique. Elle se développe aussi au niveau des cœurs. Nous devons cesser de nourrir l’homme avec l’illusion car nous voyons bien que cela le conduit à l’impasse.

Comment mettre un terme à l’incompréhension entre l’islam et l’occident ?

Ceux qui contribuent à creuser un fossé entre l’islam et l’occident font une grave erreur car ils sont en train d’alimenter de part et d’autre la haine, la colère et la vengeance. Nul ne peut nier qu’il y a dans le monde musulman plus d’un milliard d’êtres humains avec leurs problèmes économique, sociaux, culturels et politiques comme dans toutes les autres composantes de l’humanité. Le monde musulman a besoin qu’on l’aide à trouver sa stabilité, son équilibre et sa voie du juste milieu. Le repousser ou s’en désintéresser est un non-sens car de sa stabilité et de son épanouissement dépend l’avenir de tous. C’est par le dialogue, la fraternité et l’entraide que l’humanité se fera ou elle ne se fera pas.

Contrairement aux médias soucieux de leur audience, il faut minimiser les appels des plus radicaux à l’enfermement et à l’affrontement en faisant plutôt référence aux valeurs positives de l’homme universel.

Au regard de son développement scientifique, technologique, etc. nous prétendons que notre civilisation moderne est la plus brillante. En quoi l’est-elle ? Si elle n’est même pas capable de réaliser cette dimension de l’homme universel ? Sera-t-elle plus brillante en ignorant les véritables problèmes des hommes et en devenant incapable de les nourrir sur tous les plans ? Une civilisation se doit de pouvoir nourrir l’Homme et de répondre à ses besoins matériels et spirituels, à ses interrogations essentielles, afin qu’il puisse donner un sens à sa vie. Si ce n’est pas le cas alors il est trop tard, c’est le déclin. Quand l’esprit n’est plus présent dans la Cité, bientôt la sagesse s’en va, alors la conscience s’affaiblit et la raison déraisonne.

Quant à la religion, disait le Prophète Muhammad, c’est la sincérité. Et la voie qui conduit vers le Dieu vrai est une voie d’espérance et de tolérance.


Lire la 2ème partie


Répondre à cet article